La candidature de Nabila Mounib dans la liste nationale divise

La chef de file de la FDG, Nabila Mounib, va se présenter aux prochaines législatives dans la liste nationale des femmes. Ce qui est loin de faire l'unanimité dans son camp.

Par

Nabila Mounib Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Nabila Mounib a bien l’intention de devenir parlementaire, et elle a mis toutes les chances de son côté. Dans le siège du Parti socialiste unifié à Casablanca (PSU), la dirigeante de la Fédération de la gauche démocratique a annoncé sa candidature officielle en tant que tête de liste de la liste nationale réservée aux femmes. Un choix loin de faire l’adhésion totale.

Lors des prochaines élections législatives, prévues le 7 octobre, une soixantaine de sièges sera réservée aux femmes. Une discrimination positive censée encourager la participation politique des femmes. Seulement, Nabila Mounib est la secrétaire générale de son parti, et d’aucuns prétendent qu’en se présentant dans la liste nationale réservées aux femmes, elle évitera de se présenter dans la circonscription d’Anfa, là-même où elle n’a recueilli que 771 voix lors du précédent scrutin municipal.

Ses adversaires politiques n’ont pas attendu longtemps pour commenter cette décision. « L’accès de Nabila Mounib au Parlement à travers la liste nationale va à l’encontre de la logique de cette liste et met à mal ses revendications d’être une leader impressionnante » a réagi sur son compte Facebook la député PJD Amina Maelainine. Les adversaires de la SG du PSU remettent en cause la légitimité de sa décision, arguant qu’un chef de parti se doit de se présenter dans sa circonscription plutôt que de passer par la liste nationale. « Même si rien ne l’empêche de se présenter dans la liste nationale, il est vrai que l’utilité de cette liste réside dans le fait qu’elle serve de dispositif d’encouragement aux femmes d’entrer au politique, et Nabila Mounib n’est pas n’importe quelle femme, elle est secrétaire général de son parti », tacle le politologue Ahmed Moufid.

Mais Nabila Mounib ne recueille pas que des critiques concernant l’annonce de sa candidature via la liste nationale. Ses principaux soutiens proviennent de l’intérieur et même de la Fédération de la gauche démocratique. « L’annonce de sa candidature est une excellente nouvelle », se réjouit l’élu FGD Omar Balafrej, arguant que « beaucoup de gens, y compris moi-même, l’ont poussée à se présenter sur cette liste ». À la question de savoir si c’est légitime pour un chef de parti de passer par une liste nationale, Balafrej répond par l’affirmative : « Elle se présente pour être chef du gouvernement, c’est donc tout-à-fait logique qu’elle passe par une liste nationale. J’irai encore plus loin en disant que c’est dommage que la liste nationale ne soit pas mixte, comme c’est le cas en Allemagne par exemple».