Huawei, la vie sans l'Amérique

Pour Huawei, rien ne sera jamais plus pareil. Suite à de nouvelles sanctions décrétées par l’administration Trump interdisant à toute entreprise américaine de collaborer avec la firme chinoise, Google, dont le système Android équipe la majorité des smartphones, a annoncé, dimanche 19 mai, son divorce avec Huawei.

Par

Reng Zhengfei, le patron du groupe Huawei, a rétorqué aux américains qu’ils “sous-estimaient” la force de son entreprise. Crédit: DE

Google Play, Google Maps, YouTube… grâce au système d’exploitation Android OS, Huawei profite des applications mobiles les plus populaires. D’ici trois mois, délai accordé par Washington aux entreprises américaines pour se préparer à la rupture, le géant chinois se trouvera définitivement orphelin d’Android et de sa myriade d’avantages. Pour Huawei, la situation est aussi inédite que périlleuse. Si, au lendemain de l’annonce, Reng Zhengfei, le patron du groupe, a rétorqué aux Américains qu’ils “sous-estimaient” la force de son entreprise, il reste que celle-ci fait face au plus grand défi qu’elle ait eu à relever depuis sa création en 1987 : apprendre à vivre sans Android. Après l’annonce de Google, Huawei, deuxième constructeur mondial de smartphones, a paré au plus urgent : rassurer les clients actuels de la marque. “Huawei continuera d’apporter les mises à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés