Liberté d'expression, réseaux sociaux... entretien avec le ministre de la Justice

La multiplication des arrestations pour des publications sur les réseaux sociaux interpelle sur les limites de la liberté d’expression dans le monde “virtuel”. Sommes-nous réellement libres de tout écrire sur nos “murs” ? Le point de vue du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader.

Par

Rachid Tniouni/TelQuel

La fin d’année 2019 a connu un grand nombre d’arrestations, inculpations et condamnations de journalistes, militants ou simples citoyens ayant partagé une opinion sur les réseaux sociaux – parfois de manière insultante, donc répréhensible par la loi.

à lire aussi

De Omar Radi à Moul L7anout en passant par le lycéen Ayoub Mahfoud ou Abdelali Bahmad dit Bouda, une demi-douzaine de personnes encourent ou ont été condamnées à des peines de prison ferme pour des faits liés à leur activité sur les réseaux sociaux. Éclairage du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader.

TelQuel : Plusieurs jeunes Marocains ont été poursuivis dernièrement pour des publications partagées sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Ceci nous interpelle sur les raisons de ces inculpations (entre 6 mois et 3 ans de prison ferme) surtout qu’il s’agit pour eux, ou pour leur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés