Vaccination, le Maroc à bout de souffle

Après des semaines à piquer à tour de bras, le Maroc voit sa cadence de vaccination s’essouffler en raison de doses qui n’arrivent plus. À un moment délicat: le variant anglais a débarqué dans le royaume.

Par

Le vaccin Covishield, fabriqué sous licence AstraZeneca en Inde, cristallise les problèmes d’approvisionnement du Maroc: il n’y a pas de visibilité sur la date du prochain arrivage. Crédit: MAP

Le printemps démarre avec une piqûre de rappel. Dans un tweet posté le 27 mars, Saâd-Eddine El Othmani tire la sonnette d’alarme sanitaire: “Ces derniers jours ont vu une augmentation du nombre d’infections et le nombre de cas graves nécessitant une réanimation est passé à 72 au cours des dernières vingt-quatre heures”.

à lire aussi

Le Chef du gouvernement a été relativement taiseux ces derniers mois sur la situation épidémique, à l’exception d’un oral mi-janvier devant les parlementaires pour rappeler que la campagne de vaccination démarrera lorsque les doses arriveront.  Il monte aujourd’hui au créneau alors que les vaccins n’arrivent plus et que le contexte sanitaire devient de plus en plus incertain. Tout au sud d’abord, à Dakhla, qui jusque-là restait relativement épargnée par la pandémie. Le lundi 29 mars, après la détection de 49 cas au variant britannique, les autorités ont décidé…
article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde