Passagers vaccinés refoulés à l’aéroport ? On démêle le vrai du faux

Des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux parlent d’un rétropédalage du gouvernement sur le remplacement de l’autorisation spéciale de quitter le territoire par le pass vaccinal. Nous avons posé la question aux autorités.

Par

Mehdi Fedouach / AFP

Depuis quelques jours, certaines sources médiatiques parlent d’un rétropédalage du gouvernement sur la question du pass vaccinal, reposant sur les témoignages de certains passagers marocains qui se sont vu refuser l’accès à la salle d’embarquement.

Le communiqué officiel diffusé par la MAP le 5 juin dernier mentionne que les Marocains disposant d’un passeport vaccinal ont la liberté de se rendre à l’étranger sans disposer d’une autorisation exceptionnelle délivrée par la Wilaya. Ils doivent donc simplement se soumettre aux conditions d’entrée du pays de destination. Nous avons contacté les acteurs concernés pour en savoir plus.

Aucun rétropédalage sur la question

Une source autorisée au sein du ministère des Affaires étrangères nous a confirmé que la décision mentionnée dans le communiqué du 5 juin était toujours en vigueur. Nous avons également contacté Abdelhakim Challot, directeur du département de la communication extérieure de Royal Air Maroc, qui nous confirme que les détenteurs du pass vaccinal sont bel et bien autorisés à embarquer dans les vols de la compagnie sans disposer d’une autorisation exceptionnelle.

Un tweet partagé par la RAM le 23 juin précise par ailleurs que le pass vaccinal n’est valide que 14 jours après la date de la réception de la deuxième dose.

Une information appuyée également par une source autorisée au sein de l’aéroport Mohammed V de Casablanca. “Les passagers qui se font refuser l’accès à la salle d’embarquement sont détenteurs de pass vaccinaux qui datent de moins de quatorze jours”, nous déclare notre interlocuteur.

Et d’ajouter : “Si des passagers en règle se voient refuser l’accès, c’est probablement de la faute de certaines compagnies aériennes. Dans tous les cas, du côté des officiels, il n’y a eu aucun rétropédalage sur la question.”

à lire aussi

article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde