Dans un hôpital à Taza, des patients Covid classés selon leur milieu social

Un rapport parlementaire met la lumière sur un hôpital de la région Fès-Meknès, qui répartit les patients atteints du Covid sur deux étages “selon leur milieu social”.

Par

Yassine Toumi/TelQuel

Suite à une mission d’information sur la situation du secteur de la Santé dans la région Fès-Meknès, un rapport parlementaire, dont TelQuel Arabi détient copie, met la lumière sur un certain nombre de violations commises dans la gestion d’un hôpital à Taza.

Deux étages, deux états

Le rapport révèle que lors d’une visite à l’hôpital régional Ibn Baja de Taza, la parlementaire CDT Raja Kassab a découvert que les personnes infectées par le Covid étaient réparties sur deux étages : “Le premier est en bon état et dispose de chambres de deux lits, équipées avec tout le matériel nécessaire pour la prise en charge des patients. Ces derniers ont exprimé leur satisfaction. L’étage inférieur quant à lui dispose de grandes salles avec au moins quatre lits, qui diffèrent complètement des chambres du premier étage en termes d’équipement”.

Le rapport indique que les patients de cet étage ont exprimé leur insatisfaction quant aux soins, contrairement à ceux du premier étage. Le rapport conclut que la répartition des patients à l’hôpital de Taza “est basée sur leur milieu social”.

Par ailleurs, le document indique que dès l’arrivée des membres du comité dans l’unité de prise en charge des personnes infectées le Covid : “L’un des patients a crié depuis la fenêtre de sa chambre qu’il ne recevait pas ses médicaments et ses repas, et il se plaignait également d’une mauvaise hygiène, notamment dans tous les couloirs de l’aile dédiée au Covid, et de la détérioration de l’état des toilettes.

D’autres violations soulevées

Le rapport ajoute que pour vérifier ces allégations, quatre conseillères se sont portées volontaires pour découvrir la vérité sur l’affaire. Elles ont enregistré une série d’observations, notamment que le nombre de patients déclarés admis par le directeur de l’hôpital ne correspondait pas à la réalité ; certaines chambres hébergeaient six patients au lieu des trois autorisés. Elles ont également vérifié des réclamations des patients, en particulier le manque de médicaments et de nourriture.

Le rapport indique que les repas fournis aux patients diabétiques ne sont pas conformes aux normes fixées par le ministère : “L’hôpital fournit à cette catégorie un morceau de pain avec du fromage et une tasse de thé avec du sucre.” Il mentionne également que les proches des patients sont autorisés à leur rendre visite dans leurs chambres “sans aucune protection contre les infections”.

article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde