HCP : croissance en demi-teinte pour 2014 et 2015

Le HCP révèle ses chiffres prévisionnels : la croissance devrait baisser en 2014, mais reprendre en 2015.

Par

Les chiffres macro-économiques prévisionnels qu’a révélé le Haut commissariat au plan (HCP) le 25 juin se veulent rassurants dans l’ensemble. Si les experts prévoient seulement une croissance de 2,5 % pour cette année, alors qu’elle était de 4,4 % l’année dernière, elle devrait remonter à 3,7 % en 2015.

Le HCP rappelle que de manière générale, l’économie marocaine bénéficie actuellement d’une reprise de l’économie mondiale (3,6 % et 3,9 % pour 2014 et 2015 contre 3 % en 2012) et du développement des échanges Sud/Sud, qu’il ne chiffre pas.

La balance commerciale encore trop déficitaire

Le HCP donne aussi des précisions secteur par secteur. Les chiffres de l’agriculture pâtissent de la baisse des récoltes céréalières dues aux mauvaises conditions climatiques de cette année. La valeur ajoutée du secteur secondaire devrait par contre bénéficier d’une hausse de 2,3 % en 2014 contre seulement 0,3 % en 2013, grâce notamment à la reprise du secteur du bâtiment et la consolidation de la croissance des industries de l’agroalimentaire, automobile et aéronautique. Très peu de précisions sur le secteur des services sont données.

Les finances restent malgré tout dans le rouge. La dette publique globale devrait s’aggraver en passant de 75,5 % du PIB en 2013 à 79,7 % cette année pour dépasser la barre des 80 % en 2015. Le déficit de la balance commerciale diminue en 2014 pour augmenter à nouveau en 2015, toujours d’après les estimations. Le déficit budgétaire serait cependant en légère baisse en 2014. Il avait atteint les 7 % du PIB en 2012, devrait s’élever à 5,2 % en 2014 mais ne redescendre sous la barre des 5 % qu’en 2015.

La demande intérieure toujours en hausse

La demande des ménages reste positive mais moins importante : une hausse estimée à 2,7 % en 2014 contre une de 3,7 % enregistrée l’an dernier. Le HCP ne prévoit pas de hausse de l’inflation, qui devrait être de 1,1 %, tout comme l’an dernier.

Les Marocains devraient moins épargner cette année mais le HCP rappelle l’importance des revenus en provenance des résidents à l’étranger (MRE) pour financer l’économie. L’organisme parle de « fragilité du modèle de croissance  » et explique que le financement de la demande intérieure « dépend largement de revenus, par définition aléatoires, en provenance de l’extérieur ».

Les prévisions pour 2015 sont basées sur plusieurs hypothèses, comme celle du maintien de la politique budgétaire menée par l’État. Elles pourront être contredites ou confirmées, selon la loi de finance 2015 adoptée.

article suivant

Gardez un œil sur l’actualité du Maroc Tel qu’il est sur Telegram