Maroc Numéric Fund a cédé ses parts dans le capital de Mydeal.ma

L’entreprise Mydeal.ma portée par Karim Zaz a bénéficié à ses débuts de l’aura du patron. C’est cela même qui a causé sa perte. Décryptage.

Par

Crédit : Yassine Toumi.

Le fonds d’investissement dédié aux startups technologiques, Maroc Numeric Fund (MNF) a vendu le 27 avril dernier ses actions dans le capital de Mydeal.ma à «My Deal Holding». Cette dernière est une société de droit français dont le siège est à Paris et présidée par celui qui a remplacé Karim Zaz, Mohamed Sofiane Ammar.  La direction générale de MNF n’a pas souhaité communiquer le montant de la transaction.

MNF est resté dans le tour de table pendant trois ans. Le fond d’investissement a injecté 2 millions de dirhams dans le capital de Mydeal en 2012. Le pionnier marocain des deals groupés avait frôlé les 2 millions de dirhams de chiffre d’affaires. La levée de fonds allait permettre à Mydeal « d’accélérer son développement, d’investir et d’atteindre une taille critique pour mieux se différencier », peut-on lire sur le communiqué publié à l’époque. Le site des deals groupés envisageait d’« adapter sa stratégie à l’évolution du marché en agrandissant l’équipe en interne et en investissant sur des campagnes marketing plus agressives pour mieux toucher sa cible ». Mydeal.ma voyait grand et comptait aussi s’exporter en s’attaquant aux marchés étrangers. D’ailleurs, l’année de l’entrée de MNF dans son capital, Mydeal a doublé son chiffre d’affaires pour atteindre 4,9 millions de dirhams. Mais, les ambitions de la startup ont été brutalement freinées. « Elle a eu plusieurs problèmes de trésorerie. Les dettes partenaires s’accumulaient et devenaient trop importantes», confie Dounia Boumehdi, la directrice générale de MNF.

L’entreprise est à l’arrêt officiellement depuis avril 2014 soit un mois après l’interpellation de Karim Zaz, l’actionnaire de référence par la brigade nationale de la police judiciaire dans l’affaire de détournement de trafic de communications internationales. Les partenaires de l’entreprise associaient automatiquement Mydeal à Zaz. Ce qui l’a desservit alors qu’elle était dans une phase de développement. «Mydeal avait prévu à ce moment-là des relais de croissance qui nécessitaient des injections de fonds supplémentaires », affirme Dounia Boumehdi.  Le réinvestissement n’a jamais été fait.

La sortie de Maroc Numeric Fund semble sonner la mort de l’entreprise qui pourtant est à l’arrêt. Le lien de l’ancien site web de Mydeal.ma renvoie vers une nouvelle plateforme où le message suivant est affiché : « Mondeal.ma de retour en 2015. Nouveau visage de Mondeal.ma très bientôt en ligne ».

Le groupe français Mydeal Holding attend peut-être de meilleurs jours pour ressusciter la startup qui était promise à un bel avenir.