Le PADS refuse de "sauver les meubles" en allant en Suède

Derrière l’unanimisme des partis politiques pour se rendre en délégation officielle à Stockholm, un parti, le PADS, a décliné l’invitation. Ses arguments.

Par

Abderrahmane Benameur, avocat de "Freedom Now".
Abderrahmane Benameur Crédit : AFP

Le parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS) a refusé de faire partie de la délégation de partis de gauche qui se sont rendus en Suède afin de plaider la cause du Sahara, note la formation dans un communiqué. Plutôt qu’une position différente sur ce dossier, le PADS pointe les responsabilités dans la gestion du dossier.

«En monopolisant en permanence la gestion du dossier du Sahara marocain, le pouvoir a commis de graves fautes […] qui impactent négativement l’échange avec les différentes forces progressistes internationales», accuse le PADS dans son communiqué  Abderrahmane  Benameur secrétaire général du PADS nous explique que son parti refuse  de « sauver les meubles». Car de toute façon, souligne le communiqué, Le PADS n’arrête pas de plaider «la légitimité de la récupération des provinces du sud»  par «tous les moyens possibles dans différentes rencontres internationales et congrès des partis de gauche auxquels il assiste».

Lire aussi: Abdelilah Benkirane dénonce un « parasitage » de la Suède

Abderrahmane Benameur n’a pas souhaité par contre commenter la position de son allié dans la fédération de gauche démocratique, le PSU, qui a présidé, par le biais de Nabila Mounib,  la délégation qui s’est rendue à Stockholm. «Le PSU est un parti indépendant qui prend les décisions qu’il veut», a souligné Benameur. Et de conclure «La fédération de gauche n’est pas concernée puisque les invitations ont été envoyées aux partis».