Affaire Akhannouch : Benkirane calme le jeu

Dans une intervention devant les partis de la majorité, Abdelilah Benkirane a appelé de manière implicite les représentants du PJD à ne pas amender l’article 30 du projet de loi de Finances.

Par et

Crédit: Rachid Tniouni
Crédit: Rachid Tniouni

Abdelilah Benkirane aurait-il mis fin à la polémique autour du programme de lutte contre les disparités du monde rural ? Lors d’une réunion des représentants des partis de la majorité, tenue le 26 octobre et portant sur le projet de loi de Finances 2016 (PLF 2016), le chef du gouvernement a tout d’abord appelé les membres du quatuor PJD-RNI-MP-PPS a clôturer l’année de pouvoir restant à la majorité sans anicroche afin que l’opposition ne « profite » pas d’une éventuelle mésentente entre les quatre formations. Le chef du gouvernement s’est également félicité du travail réalisé par celles-ci au sein du gouvernement.

«  On tape, mais il arrive de prendre des coups »

Benkirane, qui est également secrétaire général du PJD, s’est ensuite adressé au membre de sa formation en faisant référence de manière à peine voilée à la polémique concernant le programme de lutte contre les disparités du monde rural. « La politique c’est comme un ring de boxe. On tape, mais il arrive parfois de prendre des coups et il faut savoir les encaisser » a déclaré le chef du gouvernement avant de demander aux représentants du parti de la lampe « de ne pas se battre (avec les autres partis,ndlr) et de sauvegarder la coalition (gouvernementale, ndlr) ».

Lire aussi :  Akhannouch se défend d’empiéter sur le terrain de Benkirane

Dans cette dernière déclaration, le chef du gouvernement fait également référence à la volonté de certains représentants de sa formation de vouloir amender l’article 30 du PLF 2016 qui attribue le programme au ministère de l’Agriculture. Mais, d’après son raisonnement, pas la peine, donc, d’amender le texte et de s’attaquer au ministre de l’Agriculture.

Ce programme avait été présenté par le roi Mohammed VI  lors de son discours de la fête du trône, alors qu’il déplorait la « situation de précarité » dans lesquelles vivent certains citoyens «  dans les régions éloignées et enclavées ». Dans ce même discours, le souverain avait annoncé qu’« une étude de terrain globale » pour cerner les besoins « en termes d’infrastructures et de services sociaux de base ». Selon Medias24, deux ministres étaient en lice pour devenir l’ordonnateur de ce compte celui de l’Intérieur, Mohamed Hassad, et celui de l’Agriculture, Aziz Akhannouch. À l’issue d’un arbitrage en « haut lieu » c’est finalement Aziz Akhannouch qui a été désigné comme ordonnateur de ce programme doté de 58 milliards de dirhams.

 

article suivant

Gardez un œil sur l’actualité du Maroc Tel qu’il est sur Telegram