Grand Prix de Marrakech : Sans bruit, la Formule E trace sa route

Un an après la première édition, organisée en marge de la COP22, le deuxième Grand Prix de Marrakech 
de Formule électrique s’est tenu ce samedi 13 janvier. Public et people étaient au rendez-vous pour soutenir cette discipline que l’on présente 
comme l’avenir de la Formule 1.

Par

DR

es voyants rouges s’allument au-dessus de la ligne de départ. Ils scintillent, avant de s’éteindre d’un seul coup. Les fusées sont lâchées. “C’est parti pour cette troisième étape de la saison !”, hurle le speaker. Les spectateurs, massés autour de la première chicane, suivent le début de course sur grand écran. Ils s’enthousiasment pour les premiers dépassements… avant de réaliser que les concurrents sont en fait devant eux ! À la grande différence de la F1, la Formule électrique est effectivement peu bruyante : à peine plus qu’une voiture ordinaire, pour un son futuriste qui rappelle celui d’un avion au décollage. Au total, 16 000 à 17 000 écoliers, familles, jeunes et moins jeunes ont payé entre 50 et 150 dirhams pour admirer ces bolides d’un nouveau type. Et profiter des nombreuses animations du…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer