Modèle de développement: autopsie d'un échec

Au Maroc, les politiques publiques encouragent le système de rente au détriment d’une industrialisation créatrice d’emplois et de croissance. C’est la démonstration que fait l’économiste Abdelali Doumou, chiffres à l’appui.

Par

Conseil de gouvernement. Crédit: DR

Le gouvernement n’arrive pas à identifier ce qui ne va pas dans sa politique de développement économique et social. Malgré les multiples sonnettes d’alarme tirées par le Chef de l’Etat lui même, le Projet de Loi de Finances 2019 (PLF) est venu corroborer la continuité des politiques publiques sectorielles. Comme si le niveau atteint par l’investissement (de l’ordre de 31% du PIB) n’était pas suffisant, le PLF consacre une augmentation notoire des dépenses publiques.

Abdelali DoumouCrédit: Rachid Tniouni
L’investissement public s’élèverait à 195 milliards de dirhams en 2019. Dans son approche, le gouvernement réduit la problématique de développement économique et social à sa dimension quantitative : injecter plus de ressources financières pour la mise en œuvre des mêmes politiques publiques sectorielles à l’échelle nationale. Le changement de paradigme ne semble pas encore être à l’ordre du jour : pas de changement…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer