2011-2019 : La cohabitation avec les islamistes

Mohammed VI a géré sans trop d’efforts la cohabitation avec le PJD au pouvoir. Entre un Benkirane trublion et 
un El Othmani plus effacé, le roi s’est imposé sans avoir à combattre, car le rapport de force 
a toujours été clairement à son avantage.

Par

DR

Le peuple ne veut plus d’El Himma, Majidi et El Omari (…) Ils contrôlent le gouvernement, donnent leurs instructions par téléphone et terrorisent les hommes d’Etat (…) Ce n’est plus acceptable et les Marocains vous l’ont dit d’une manière respectueuse”. La mine grave, le ton acerbe, Abdelilah Benkirane harangue la foule à Salé en interpellant Mohammed VI, à quelques jours du discours royal du 9 mars annonçant une réforme constitutionnelle. Enhardi par le souffle du Printemps arabe, le zaïm islamiste montre les crocs. Faisant profil bas depuis la création du PJD, les Frères sont désormais dans les starting-blocks. Mais, pour Benkirane, il n’est pourtant pas question d’investir la rue. “Si vous descendez dans la rue, je ne suis plus votre secrétaire général”, lance le patron du parti de la lampe à ses ouailles au début des…

article suivant

Gardez un œil sur l’actualité du Maroc Tel qu’il est sur Telegram