Médias: elles n'ont pas peur de rapporter

[Médias] Nés ou vivant à l’étranger, certains ont le Maroc chevillé au corps, d’autres un lien plus ténu, sans pour autant avoir coupé le cordon ombilical. Tous ont de belles histoires.

Par

DR

Lamia Oualalou, carioca de cœur Elle est sans doute l’une des Marocaines qui connaissent le mieux l’Amérique Latine. Fille de l’ancien ministre des Finances, Fathallah Oualalou, Lamia Oualalou a consacré l’essentiel de sa carrière au journalisme. Un parcours dans la presse débuté au sein de la rédaction du Figaro à la fin des années 1990. En 2007, elle quitte l’Europe pour rallier le Brésil. Là, elle décrypte les transformations politiques, économiques et sociales du pays, évoquant notamment la fièvre évangéliste qui le touche ou, de manière plus large, le racisme anti-arabe en Amérique Latine. Après une décennie passée chez les Cariocas, elle rejoint le Mexique en 2017. Un autre pays où elle compte visiblement faire encore parler sa plume. Elle est chargée des relations presse de la Commission indépendante pour une réforme internationale de la taxation des entreprises. Ce “rassemblement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés