Nabil Benabdallah : "Ceux qui dirigent les principaux départements doivent avouer leur échec"

Ancien insider du gouvernement, désormais passé dans l’opposition, Nabil Benabdallah veut combler un vide laissé par les politiques. Le chef de file du PPS compte désormais jouer des coudes pour alerter et redonner confiance en la politique.

Par

Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Demandez à Nabil Benabdallah ce qu’il pense de l’impact des gouvernances sur la confiance accordée aux politiques, il le résumera en un mot : “dévastateur”. Pour le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), le rôle des formations a été “profondément mis à mal ces dix dernières années”.

Au boulot

Il estime que la confiance passera avant tout par “une remise en selle” du politique. “Il faut que les citoyens sentent qu’il y a une gouvernance qui est assurée par des partis forts, et qui jouent pleinement leur rôle”, explique-t-il à TelQuel, en maintenant que leurs raisons d’exister résident dans “l’action” et “l’autonomie”.

“Un projet de société fondé sur la démocratie et l’état des institutions, ainsi qu’une société de liberté, de dignité, de droits de l’Homme et d’égalité”

Des fonctions que les “camarades” comptent désormais endosser. Dans l’opposition depuis le remaniement ministériel…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés