Mustafa Alaoui: “Tous les procès liés à des journalistes aujourd’hui sont des règlements de compte”

Mustapha Alaoui, directeur de l’hebdomadaire "Al Ousboue Assahafi" est dĂ©cĂ©dĂ© le 28 dĂ©cembre Ă  l'Ăąge de 83 ans. En mai dernier, il passait dans l'interrogatoire de TelQuel.

Par

RACHID TNIOUNI

Smyet bak?

Tayeb.

Smyet mok?

SaĂądia.

Nimirou d’la carte?

Je ne le connais pas par cƓur.

Avec plus d’un demi-siĂšcle d’expĂ©rience, vous ĂȘtes considĂ©rĂ© comme un vĂ©tĂ©ran de la presse. N’ĂȘtes-vous pas dĂ©boussolĂ© par les profondes mutations que traverse le mĂ©tier?

Je ne vous cache pas que je suis déçu par l’évolution du journalisme au Maroc. Je considĂšre qu’il n’y a plus de journalisme, encore moins de journalistes, et ça me fait mal au cƓur. Je pense que le Maroc est le seul pays au monde oĂč les quotidiens n’ont pas d’éditoriaux. Si vous voulez lire les positions de l’USFP, vous n’allez pas trouver d’édito dans leur journal, pareil pour le PJD, qui a arrĂȘtĂ© la publication de son canard.

Aujourd’hui, ils ont des sites d’informations partisans


Oui, mais ce n’est pas pareil.

Depuis 40 ans, vous Ă©crivez votre fameuse “Al Hakika Addaiñ” (vĂ©ritĂ© perdue)….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • AccĂ©dez Ă  tous les contenus de TelQuel en illimitĂ©
  • Lisez le magazine en numĂ©rique avant sa sortie en kiosque
  • AccĂ©dez Ă  plus de 900 numĂ©ros de TelQuel numĂ©risĂ©s