“La langue arabe, trésor de France” : extraits du livre de Jack Lang

“La langue arabe, trésor de France”, écrit par le président de l’Institut 
du Monde Arabe, est un manifeste en faveur de l’enseignement de la langue d’Averroès dans les établissements scolaires en France. Bonnes feuilles.

Par

Fontaine de mots

L’islamologue Jacques Berque rapporte qu’un philologue arabe de l’époque estimait à environ 19.000 le nombre de racines constituées à partir de trois lettres, susceptibles, par dérivation, d’être multipliées par 100. Un calcul permet de penser que la langue arabe dispose alors d’un lexique virtuel de 1,9 million de mots. Selon Abu Bakr al-Zubaydi, jurisconsulte et poète né en Andalousie au Xe siècle, ce nombre atteint 6,5 millions si on comptabilise les bi-, tri-, tétra- et pentasyllabes. Cette prolifération lexicale confère à la langue arabe une précision et une faculté d’expression considérables. La richesse sémantique est un facteur de puissance évocatrice, car elle favorise les jeux de mots, l’hyperbole, l’implicite et les significations sous-jacentes. En témoignent les Maqamat (ou “Séances”), un genre littéraire en prose rimée qui délivre un message éthique et philosophique par le truchement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés