Frais d’inscription, d’études et d’assurance… Ce que prévoit la réforme de l’enseignement privé

Une réforme du secteur de l’enseignement privé sera entamée à partir de la prochaine session parlementaire, au printemps. Le ministère de l’Éducation nationale prépare un nouveau cadre de fonctionnement, tandis que le long bras de fer entre les parents d’élèves et les directeurs de ces établissements se poursuit devant la justice.

Par

Jour de rentrée scolaire dans un établissement casablancais. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

La crise du Covid-19 a révélé au grand jour les problèmes profonds des écoles privées au Maroc. Elle s’est transformée en crise de confiance entre les parents d’élèves et ces écoles. En fin d’année scolaire 2019-2020, les deux parties se sont opposées en raison du règlement des frais de scolarité du troisième trimestre.

à lire aussi

Département de tutelle, le ministère de l’Éducation nationale a proposé une médiation réussie à 80%. Les 20% des conflits non résolus ayant été portés devant les tribunaux. L’une des conséquences de cette crise est le basculement de 140.000 élèves du secteur privé vers le public. Ils étaient de l’ordre de 50.000 en 2019. Une onde de choc amortie tant bien que mal par le ministère, qui a prévu pour cette rentrée la création de 179…
article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde