Avec la FGD, c’est une certaine idée de la gauche qui s’évanouit

Par Yassine Majdi

C’était un beau dimanche de fin d’été. Le temps était certes un peu couvert, mais l’ambiance était gaie sur le parking jouxtant le Lycée Descartes. Rassemblés autour de leur tête de liste, Omar Balafrej, les candidats de la liste de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) ainsi que leurs familles s’apprêtaient à enfourcher leurs vélos (!) pour partir à la rencontre des citoyens de la circonscription Agdal-Riad pour les inciter à voter pour “l’enveloppe”, symbole du parti.

“La liste de la FGD représentait un Maroc jeune et pluriel, où se mélangeaient aisément arabe et français”

Yassine Majdi
En anglais, le terme “grassroots” désigne les mouvements qui s’inspirent des idées locales en vue de les étendre au niveau national. En ce dimanche, on assistait à un exercice de “grassroots” politique. De la politique loin du show, des grandes manifestations et des grands speechs. Tout simplement des citoyens à l’écoute d’autres citoyens. Certes, le PIB par habitant de cette circonscription électorale est sans doute un peu plus élevé que celui du reste du Maroc. Mais cette liste représentait un Maroc jeune…
article suivant

Le PADS et le CNI formeront une nouvelle coalition à l’approche des élections, sans le PSU