Vidéosurveillance : au doigt et à l’œil

Par La Rédaction

Il y a 23 ans, le film américain The Truman Show remportait un immense succès. Le héros éponyme, brillamment interprété par Jim Carrey, est, sans le savoir, le personnage central d’une téléréalité, évoluant depuis sa naissance dans une ville factice où les caméras sont omniprésentes et où tous les habitants sont des acteurs. Dans ce monde proche de celui du roman 1984 d’Orwell où sévit le puissant Big Brother, chaque fait et geste de Truman est filmé et retransmis en direct à la télévision, à son insu. On était alors en 1998, les smartphones n’existaient pas encore et les technologies à reconnaissance faciale non plus. Aujourd’hui, c’est une réalité: le monde entier s’équipe de systèmes vidéo high tech, des caméras présentes dans la poche de tous les citoyens via leur téléphone aux vastes systèmes de vidéosurveillance déployés par les Etats, capables pour certains de reconnaître automatiquement une personne à travers une image de son visage. D’ici la fin de l’année, le monde devrait compter pas moins d’un milliard de caméras de surveillance en activité. Soit environ une pour sept humains. L’industrie de la vidéosurveillance…

article suivant

Le PADS et le CNI formeront une nouvelle coalition à l’approche des élections, sans le PSU