La stratégie risquée de la défense de Bouachrine

La première audience du procès de Taoufik Bouachrine a été le théâtre d’un spectacle judiciaire sans précédent, auquel a pris part la défense de l’accusé, conduite par l’excentrique Mohamed Ziane. Analyse.

Par

Taoufik Bouachrine Crédit: R. Tniouni/ Telquel

C’est un fait divers qui n’a absolument rien d’un fait divers. Le procès de Taoufik Bouachrine passionne et interpelle, tant les journalistes que l’opinion publique. Il nous instruit également sur la situation actuelle de la machine judiciaire marocaine, et questionne l’état des différents corps de métier de la Justice et du droit. Tout dans cette affaire paraît démesuré. La personne de l’accusé d’abord : un éditorialiste à la plume acerbe et directeur de publication d’un des quotidiens arabophones les plus influents du pays. Les chefs d’accusation retenus contre lui vont du harcèlement sexuel au viol et à la tentative de viol, en passant par l’abus d’autorité et la traite d’êtres humains, cette dernière accusation étant passible de 20 ans de prison. Le nombre de victimes présumées aussi, onze, et le nombre de vidéos faisant office de pièces à conviction à la charge de l’accusé, cinquante. Les deux principaux antagonistes de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer