Casablanca, Marrakech, Dakhla... nos villes sous haute surveillance ?

Caméras à reconnaissance faciale, drones, data centers : nos villes s’équipent progressivement de systèmes de surveillance de pointe. Des projets sécuritaires qui brassent des dizaines, voire des centaines de millions de dirhams et permettent de scruter de près les citoyens. Tour d’horizon des principaux projets en cours et de ce qu’ils changeront pour le quotidien des Marocains.

Par et

TELQUEL

Les appels d’offres se font discrètement, s’adressant parfois directement à une short list de sociétés marocaines ou étrangères. Lancés par les wilayas ou les agences et sociétés de développement local pour le compte de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les projets de vidéosurveillance des villes abondent ces derniers mois. À l’image des métropoles mondiales qui surfent depuis une quinzaine d’années sur le concept de “smart city” (“ville intelligente”), et qui tendent désormais vers la “safe city” (“ville sécurisée”), les villes du royaume, encore peu fournies en caméras, veulent se mettre au diapason et font de la protection et de la surveillance des habitants leur cheval de bataille.

Casa smart city

Récemment, c’est l’appel d’offres pour le mégaprojet de surveillance de…

article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde