Il était une fois la Villa Camembert

Véritable ovni architectural des sixties, la mythique villa ronde de Casablanca a ouvert ses portes, le temps d'un programme de visites inédit baptisé “Ramadan'Art”.

Par et

Conçue par l'architecte allemand Wolfgang Ewerth, le chantier de la villa ronde, “pensée dans son propre environnement”, commence en 1963. Crédit: TOUMI/TELQUEL

S’il y a une visite qu’il ne faut pas rater pendant ce mois de ramadan, c’est celle de la villa ronde, véritable fantasme architectural des sixties, communément appelée “Villa Camembert”, “Villa du docteur B.”, voire la “Villa qui tourne sur elle-même”, comme nous l’assure un taximan. Nichée sur la colline d’Anfa, dans le quartier huppé de Casablanca, la belle bâtisse, qui appartient depuis 2007 au prince Moulay Ismaïl, a ouvert ses portes au public du 22 mai au 7 juin, le temps d’un accrochage d’œuvres éclectiques monté en trois jours chrono par l’agence de conseil en communication K Events, initiatrice du programme de visites “Ramadan’Art”. L’exposition n’est finalement qu’un prétexte pour découvrir l’emblématique villa casaouie, prêtée à l’occasion par son actuel propriétaire. L’histoire de la villa commence par le désir d’un homme de projeter son regard d’esthète sur la future maison de ses rêves. “A la base, mon père voulait acheter la villa Zevaco (qui abrite…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer