Finies les heures sup' pour les médecins militaires à l'hôpital Cheikh Khalifa

De sources concordantes, l’hôpital Cheikh Khalifa de Casablanca a pris des mesures après une plainte de la Gendarmerie royale à l'encontre d'autres cliniques privées casablancaises qui employaient des médecins militaires de manière "illégale".  

Par

TelQuel révélait le 22 février que la Brigade nationale de la gendarmerie royale avait convoqué à l’Etat-major les responsables de plusieurs cliniques privées à Casablanca et porté plainte contre certaines d’entre elles car elles employaient des médecins militaires de manière “illégale”. Une opération qui n’était pas tout à fait du goût de l’Association nationale des cliniques privées (ANCP). Dans un compte-rendu de réunion consulté par TelQuel, l’association disait “son indignation devant cet acte arbitraire qui ne répond à aucune loi sauf quand cela arrange certains”. Car si l’ANCP “condamne fermement le travail des médecins militaires dans les structures privées”, elle s’étonnait en revanche que toutes les cliniques qui emploient des militaires ne soient pas visées par la plainte de la gendarmerie. “Des médecins militaires, payés par les contribuables, ont été mis à la disposition de l’hôpital universitaire international Cheikh Zaid (Rabat, ndlr.) et de l’hôpital Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés