Marquées à la culotte

Par Fatym Layachi

Cette rentrée est vraiment très étrange. Ça fait plus d’un mois que tu es rentrée de vacances et que tu as repris le boulot. Ça fait plus de dix jours que l’automne a techniquement commencé. Et pourtant, en pratique, tu ne te sens ni studieuse ni automnale. De toute façon, il fait encore beaucoup trop chaud pour ne pas se sentir un peu décalée. Ce mois d’octobre débute sans le moindre charme saisonnier. On est vendredi. Il est midi et demi, tu te gares devant chez ta tante. La rentrée, c’est aussi la reprise des déjeuners en famille. Tu ne sais pas si ça t’a manqué. Tu repères la voiture de ton cousin garée un peu plus loin. Tu sens que ça va être animé. Tu arrives dans le salon, ils sont tous là et bien évidemment ils parlent de l’actualité. Il faut dire qu’en ce moment, avec les nouvelles dans le plus beau pays du monde, il y a de quoi commenter. La journaliste Hajar Raissouni, son fiancé et une équipe médicale ont été condamnés à de très lourdes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés