Au pays des baisers volés

Par Fatym Layachi

Ta mère a constamment tendance à te reprocher ton cynisme, ton pessimisme et tout plein d’autres attributs qui tendent vers la négativité, qu’elle considère comme “anxiogènes et absolument pas constructifs”. Tu ne la contredis jamais quand elle se lance dans ses reproches. Tu te connais bien trop pour chercher à te mentir. Tu te dois de reconnaître que tu n’es pas d’une nature très enjouée ni même très allante. Tu ne trouves rien a priori formidable. Tu as plutôt tendance à te méfier qu’à t’emballer. Mais tu veux bien essayer pour faire plaisir à Zee et à ta mère qui tentent de te rendre enthousiaste à l’approche des fêtes. Et puis tu te dis aussi que la critique permanente, en plus de creuser le moral, ça doit bien finir par creuser les joues. Alors, tu essaies… Tu t’extasies aux baby showers, affiches ton plus beau sourire aux enterrements de vie de jeune fille, félicites les fiancés et vas même jusqu’à danser aux mariages. Bref, tu essaies d’être enthousiaste. Mais tu as beau y mettre du tien pour ne pas voir le verre…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés