Cannabis médical : aubaine ou mirage économique ?

Considéré comme l’un des premiers producteurs mondiaux, le Maroc pourrait voir dans le cannabis une manne importante à emmagasiner dans ses finances publiques, là où elles s’évaporaient jusque-là dans l’illégal. Sauf qu’à y voir de plus près, les retombées sont loin d’être aussi évidentes, notamment dans le médical.

Par et

Les grandes entreprises pharmaceutiques classiques ne produisent encore aucun médicament dérivé du cannabis. Le champ est laissé libre à de petites et moyennes structures spécialisées qui ont déjà pris de l’avance. Crédit: JACK GUEZ / AFP

C’est la question qui brûle toutes les lèvres depuis l’annonce du projet de loi 13-21 : quelles seront, pour le Maroc, les retombées économiques de la légalisation de l’usage médical, thérapeutique et industriel du cannabis? A priori, la panacée. Du moins si l’on se fie à l’étude de faisabilité du ministère de l’Intérieur. D’ici 2028, le grand artisan du projet de loi estime à 233 milliards de dollars les prévisions du marché mondial réglementé, dont 114,2 milliards de dollars rien que pour la demande médicale. Dragué par le royaume dans ses prévisions, le marché européen serait estimé, toujours par l’Intérieur, à 58 milliards d’euros dans le texte (environ 70 milliards de dollars). Un sacré pactole, en somme. Sauf que, comme le diable, la vérité aime se cacher dans les détails. Et à…

article suivant

Couvre-feu, reconfinement, télétravail : le point sur les nouvelles restrictions dans le monde