La Patte du Corbeau: une saga au temps de l’Arabie heureuse

Parution. Le premier roman du Saoudien Yahya Amqassim raconte l’écrasement des traditions anciennes par le wahhabisme.

Par

Vous êtes au seuil d’un temps qui ne vous appartient plus. Assurément ces gens ne sont pas venus pour vous faire la guerre, comme vous le croyez… Ils sont venus vous apporter une autre loi. Notre vie va se transformer.” Telle est la prédiction lucide de Sâdiqiya, la mère, qui règne sans partage sur le village d’Osseira et la vallée d’Al-Husseini.

La Patte du Corbeau, La fuite, Yahya Amqassim, traduit de l’arabe (Arabie Saoudite) par Luc Barbulesco, Actes Sud Sindbad, 
368 p., 300 DHCrédit: DR
Cette société agricole est en butte aux assauts militaires puis à ceux, plus insidieux, de prédicateurs rigoristes envoyés par ses voisins du Nord, la tribu des Séoud. Bientôt, qui pourra encore faire vivre l’honneur des ancêtres, du noble Mishâri, de son fils le cheikh Aïssa el-Kheir, de Beshaybesh, le vieux guerrier aussi taciturne que perspicace? Qui assistera au conseil de la mère, qui veille au partage des récoltes? Qui…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés