Tourisme, enseignement, séries TV... comment le soft power turc s’exerce au Maroc

Les séries turques, le tourisme et l’enseignement jouent un rôle prépondérant dans la popularisation de la culture turque au Maroc.

Par et

La série turque Harem Soltane.

Soft power : le raz-de-marée des séries turques

Depuis 2008 et le succès monstrueux de Noor, un soap à l’eau de rose dont la fin a été suivie par 85 millions de téléspectateurs, les séries turques ont envahi le paysage télévisuel arabe, dont le Maroc où elles s’imposent auprès des ménages. Il y est fait la promotion d’une société où liberté et ouverture démocratique sont compatibles avec les valeurs de l’islam. Elles dépeignent des réussites financières et des femmes émancipées y sont mises en valeur. Principalement diffusés sur 2M au Maroc, cinq feuilletons turcs ont trusté les onze premières places des audiences de la chaîne, d’après le rapport Ciaumed-Marocmétrie pour 2019. Pour le chercheur français Julien Paris, auteur en 2013 de Succès et déboires des séries télévisées turques à l’international, les acteurs constituent le véritable “visage” du “modèle turc” dans le monde arabe : “La médiatisation dont ils font l’objet toute l’année estompe la frontière entre les acteurs principaux et leurs personnages, et les convertit…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés