Caricatures : peut-on rire de tout, même des religions ?

La liberté d’expression est un concept indissociable de la liberté tout court. 
Elle est même gravée dans le marbre chez les grandes démocraties. Peut-on
dès lors considérer que rire de tout est un abus, ou juste un droit? Débat.

Par

En France, l’assassinat de Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie décapité après avoir montré les caricatures du prophète Mohammed signées Charlie Hebdo à ses élèves, a choqué et ravivé la polémique sur les caricatures et la liberté d’expression. Depuis, plusieurs pays du monde arabo-musulman ont vivement dénoncé la position du président français, Emmanuel Macron, qui a défendu la publication, en France, des caricatures du prophète de l’islam. Une position également dénoncée par le Maroc, qui a officiellement condamné “ces provocations injurieuses des sacralités de la religion musulmane”. De quoi poser à nouveau sur la table un débat vieux comme le monde: au nom de la liberté d’expression, peut-on rire de tout? La parole à deux caricaturistes.

Slim, dessinateur de presse algérien, ancien caricaturiste de Charlie Hebdo

“Ce n’est pas de l’humour, c’est de la provocation”

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés